Fréquences radioélectriques

Les fréquences radioélectriques sont, par leur nature, des ressources rares et précieuses. On assiste actuellement à une augmentation exponentielle de la demande concernant l'utilisation du spectre des fréquences, à cause de l'explosion du trafic de données sans fil (Internet des objets, services de communications mobiles, haut débit, etc.).

La gestion du spectre radioélectrique se fait au niveau mondial (UIT), européen (CEPT) et national.

Au niveau national, le ministre ayant les communications dans ses attributions accorde les licences pour l’utilisation du spectre, alors que l’instruction des demandes de fréquences, la coordination des fréquences et l’organisation des consultations publiques incombent à l’Institut luxembourgeois de régulation (ILR). De façon générale, le ministre des Communications et des Médias est responsable de la politique et autorité réglementaire nationale en matière de radiocommunications.

Faisant suite à un projet de la Ville de Luxembourg de mettre en place un 'cadastre hertzien' reflétant le niveau des champs radioélectriques résultant de certains types de réseaux de communications électroniques sans fil, le ministre des Communications et des Médias a mis en place un groupe de travail réunissant des représentants de la Ville, des ministères et administrations concernés ainsi que des opérateurs mobiles, dans le but de faire avancer ce projet de façon concertée entre tous les acteurs concernés et de concilier les objectifs des uns et des autres, à savoir assurer une bonne couverture des réseaux mobiles et prendre en compte les soucis des citoyens liés à la santé.

Dernière mise à jour