Presse

'La liberté de manifester ses opinions par la parole en toutes matières, et la liberté de la presse sont garanties, sauf la répression des délits commis à l'occasion de l'exercice de ces libertés. - La censure ne pourra jamais être établie.'

L'article 24 de la Constitution luxembourgeoise, proclamée en 1848, neuf ans après l'indépendance du Luxembourg, garantit la liberté de presse au Luxembourg. Quatre journaux naîtront la même année: le premier journal socialiste, un journal qui se disait 'patriote', un nouveau journal catholique et le premier journal satirique. Suite à l'abolition du droit de timbre en 1848, les journaux deviennent moins chers et le nombre de lecteurs augmente considérablement.

Aujourd'hui, les Luxembourgeois représentent une 'nation de le lecteurs de journaux'. Le lectorat de la presse écrite est très élevé au Grand-Duché. Plus de deux tiers de la population lisent un ou plusieurs journaux. Il ne surprend donc pas que le Luxembourg est également l'un des pays de l'OCDE dans lequel le tirage des quotidiens payants a le moins baissé.

Le Luxembourg dispose de nombreux journaux pour une population assez petite. Plus de 120 quotidiens sont lus au Luxembourg, dont cinq quotidiens nationaux payants. Les quotidiens nationaux proposent des informations relatives à l'actualité internationale, la politique nationale, tout comme sur l'actualité locale et les faits divers.

La presse gratuite paraît au Luxembourg depuis 2007.

La presse luxembourgeoise répond aussi à la tradition multilingue de la population et aux besoins des résidents étrangers, en publiant des articles rédigés en français, allemand, luxembourgeois, portugais et anglais. Il est même usuel de retrouver des articles en plusieurs langues sur une même page, même si la langue allemande continue à prédominer.

Le paysage de la presse écrite du Luxembourg est donc très particulier et s'inscrit dans un contexte géographique, social et culturel unique en Europe.

Afin de maintenir cette panoplie de médias pluralistes, réalisés par des éditeurs professionnels, la presse nationale bénéficie depuis 1976 d'un subventionnement de l'État relativement élevé. Une aide à la presse en ligne existe depuis 2017.

Dernière mise à jour