Le ministre Biltgen organise une table ronde sur Internet

Lundi 23 octobre, à l'initiative de François Biltgen, ministre délégué aux Communications, le service des Médias et des Communications du ministère d'Etat, en partenariat avec le New Media Group, a organisé une rencontre sur les possibilités d'une autorégulation d'Internet au Luxembourg en ce qui concerne la protection des mineurs et de la dignité humaine.

La rencontre, qui a eu lieu à l' Hôtel "Le Royal" à Luxembourg, prévoyait différentes interventions introductives suivies d'une table ronde et d'une discussion avec le public. Représentants d'utilisateurs, de professionnels, des pouvoirs publics, étaient présents pour prendre position, dialoguer et répondre aux questions.

Prenant de plus en plus d'ampleur, surtout chez les jeunes, Internet permet de surfer sur tous les sites possibles mais, ce formidable outil de communication n'est cependant pas exempt de contenus illicites ou simplement préjudiciables aux internautes mineurs.

Quel contrôle peut-on apporter sur les informations diffusées par ce moyen de communication? Quelle contribution les prestataires de services luxembourgeois peuvent-ils fournir pour éviter que les contenus illicites ne trouvent l'accès au net à partir du Luxembourg? Quelles mesures peuvent-ils prendre afin que les mineurs puissent surfer sur le net sans tomber sur des contenus qui risquent de leur causer préjudice?

François Biltgen a présenté une solution par le biais de l'autorégulation. Cette dernière se présente comme un moyen de développer un climat de confiance parmi les utilisateurs et les parents tout en évitant la voie de la répression. Favoriser la concertation des acteurs du marché luxembourgeois, déterminer quelles sont les possibilités et les modalités éventuelles d'une autorégulation figurent parmi les objectifs visés par cette initiative.

Un plan d'action pour un Internet plus sûr est donc mis en place. Il s'agit d'une opération gérer par la direction D de la direction générale Société de l'Information de la Commission européenne. Ce budget de co-financement de 25 millions d'euros pour quatre ans (1999-2002) s'accompagne de la recommandation sur la protection des mineurs et de la dignité humaine et s'effectue en étroite liaison avec la direction générale Education et Culture.

Quatres lignes de conduite seront mises sur pied:

  • Un réseau européen de lignes directes (hotlines),
  • Un soutien au organismes d'autorégulation par des conseils,
  • Le filtrage et la classification des contenus,
  • La sensibilisation des parents, des enseignants et des enfants.
Dernière mise à jour